Plan du site

Accueil PROCUREZ-VOUS LE LIVRE 2016
ESPACE-OEIL ART
EN NOIR & BLANC
ART PARTAGE VIROFLAY 2015
ART PARTAGE ST TROJAN 2015
ART PARTAGE RIVES 2014
ART PARTAGE ST-TROJAN. 2013
ART PARTAGE RIVES 2012
CONTACT
COMMENT VENIR A RIVES




http://www.artpartage-oeilart.com édité pas la société Effervesoft
ART PARTAGE RIVES 2016
BEAUX-QUARTIERS EN PARLE
PROCUREZ-VOUS LE LIVRE 2016
EN NOIR & BLANC 2015
ART PARTAGE VIROFLAY 2015
ART PARTAGE ST TROJAN 2015
ART PARTAGE RIVES 2014
ART PARTAGE ST-TROJAN. 2013
ART PARTAGE RIVES 2012
CONTACT
COMMENT VENIR A RIVES

2ème biennale de l’art partagé à Saint-Trojan-les-Bains 
  Ile d’Oléron du 18 avril au 17 mai 2015.   






ANACLETO Frédéric
 
Frédéric Anacleto, certain d’entre vous le connaisse déjà.
Depuis de nombreuses années Fred nous tutoie avec ses grandes figures. Ou le fusain, le pastel sépia et la craie blanche se disputent la vedette. Toujours animé par la passion, son travail nous touche comme au premier jour.
Sa famille et son entourage proche restent son unique thème.



ALBASSER Pierre



Il a commencé à gribouiller, il y a maintenant plus de vingt ans, sur de petits cartons tels les renforts dans les plaquettes de chocolat ou autres emballages découpés. Car sa modestie l’empêchait de gaspiller de belles feuilles de papier à dessin pour « ça ». Se laissant prendre au jeu, il a accepté ensuite de produire sur des formats plus grands c’est-à-dire des emballages mis à plat et entiers.
Ses compositions donnent alors sens aux formes des supports ainsi qu’à leurs perforations surprenantes. Il va de soi que plus aucun carton d’emballage des produits du ménage est jeté. Et même si PA dessine tous les jours, les réserves de ces emballages s’empilent. C’est pareil pour les Bic, feutres et autres stylos sortis des fonds de tiroirs des amis et écoliers dont il a des kilos en attente ! Il ne faut pas oublier les cartouches d’encre pour imprimantes dites « vides », elles ne le sont jamais et se prêtent également à la récupération – quoique un peu périlleuse.




BERTUCELLI Marco



Marco est né le 12 septembre 1986. Très vite le trait de Marco se distingue des autres par son originalité et sa constance. Il ne représente que des personnages, seul ou en groupe. Son style tout en courbe, nous fait découvrir au fil des lignes, des figures dissimulées, des regards qui se croisent, des expressions changeantes. Son travail au fusain est puissant. Des visages sombres aux grands yeux blancs, sur des fonds riches en matières. Pour son travail en couleur, il utilise des marqueurs à lʼacrylique. Approche plus légère qui nʼest pas sans rappeler lʼunivers des graffeurs.
 


BOONE Arvey



Naissance le 22 août 1960 à Lausanne (Suisse). Sculpteur autodidacte travaillant exclusivement avec des matériaux de récupération, cherchant à transcrire par la matière et le plus poétiquement possible son vécu et les émotions ressenties au cours d’une vie chaotique et intense. Egalement inventeur d’instruments de musique. Quelques collaborations théâtrales (décors) et diverses performances lors de manifestations culturelles.



BOTTOLLIER Jean-François


BOTTOLLIER Jean-François né  en 1957 à Grenoble
Autodidacte
D’où ça vient
Accompagné  de Brigitte Fontaine, j’aime la noblesse affable et bourgeoise  de John Le carré, au retour de chez Bosch, parmi les vertiges du musée des horreurs ; durant quelques heures avec  la dame de Giac, le tramway de mes noirs désirs n’est jamais loin.
J’aime la noblesse aristocratique de Gary, au-delà des racines du ciel, la part d’ombre d’Ellroy et sa quête désespérée à résoudre les Rebus de Rankin dans les coulisses d’un Hollywood gorgées du sang, du sexe et de la sueur d’un Otto Dix tatouée sur la peau de Ranxerox.
Où ça va
Je peins en série, des thèmes porteurs d’émotions personnelles, exhaussées par la technique, le graphisme, les contrastes de formes, de matière, de couleurs.
Mon travail en quête de sens  est fait de remise en question et de renouvellement,
J’explore aujourd’hui des éléments formels issus des enluminures ou des représentations médiévales (damiers, simplicité et force expressive des corps et des visages), au service d’un thème.
Après un travail sur l’oeuvre Symphonique de Moussorgski « Tableaux d’une exposition », je me plonge émotionnellement, dans les conflits du proche orient et l’antagonisme entre les cultures, l’histoire et la barbarie.








BOUCHER Anne



Est née le 22 mars 1963 à Boulogne-Billancourt. Elle fréquente l’atelier depuis une quinzaine d’années. A force de travail elle commence à trouver son écriture, à exprimer ce qu’elle désire nous transmettre. Lorsqu’elle s’installe à sa table, elle devient indifférente au monde extérieur, enfermée dans sa coquille, imperturbable. Elle sature sa feuille de couleur ne laissant aucune place au blanc de la feuille. Toutes les couleurs de la boîte de Pastels gras sont utilisées, l’une après l’autre sans en oublier une sauf le blanc et le noir. La forme est simple, une droite, un carré ou un cercle, ce choix ne semble pas important. L’oeuvre d’Anne devient fascinante une fois terminée, notre oeil est emprisonné par la texture de son dessin.




CAMPEAU Rebecca



Les objets que Rebecca appelle «les Trognes» ne sont pas vraiment des caricatures, ni des idoles, des symboles ou des attrapes poussière. Ni surtout des oeuvres plasticiennes avec un grand O et un grand P. Ou alors il faudrait leur appliquer toutes ces définitions à la fois, tout en ajoutant qu’ils font partie d’un grand peuple, comme les Gnomes, les Ostrogothes, les Schtroumpfs ou les Français.
A vrai dire c’est surtout à ces derniers qu’ils ressemblent.
Extrait texte Frank Horvat



CHOMETTE Virginie



"...Artiste dense qui a des choses à dire avec une oeuvre plurielle empruntant au tissage, au tressage et au collage.
L'aiguille troue en laissant ses blessures de fils rouges, les titres sont signifiants. L'oeuvre se fait théâtre, un théâtre qui fend nos innocences d'un bon coup de hache... Artiste singulière , vraie , crue mais subtile et engageante. "  Fred Noiret




COMBE Charlotte



Charlotte Combe fait de la figure humaine son motif, visage, regard, corps, liens, petites solitudes et grandes rencontres. Tout s’élabore autour d’un détail, d’un fragment de vie qui sollicite l’imaginaire. Le dessin, la peinture et le fil s’entremêlent et apparaît le crie silencieux d’un regard, le lien de la mère à l’enfant, l’envol de l’ange.



CUXAC Françoise



Tout parle. Et maintenant, homme, sais-tu pourquoi
Tout parle ? Ecoute bien. C’est que vents, ondes, flammes,
Arbres, roseaux, rochers, tout vit !
Victor Hugo, Ce que dit la bouche d’ombre 


Collecter, rassembler, relier pour que tout fasse vie, pour que rien ne disparaisse. Les vieilles photographies abandonnées s’intègrent aussi dans mon travail sur le souvenir et le temps. Les visages inconnus, maintenant cachés réapparaissent sous d’autres formes, en mutation, ou bien dans des coeurs palpitants de mémoires et de racines.










DAHYOT Caroline
 
Du travail de Caroline Dahyot on pourrait dire, sans conteste, qu’il s’agit bien d’art : du plus surprenant et du plus authentique qui soit. Mais, à s’en tenir là – et, j’ajouterai, ainsi rassuré – on passerait évidemment à côté de l’essentiel. Car il est clair que toutes les productions de Caroline (oserais-je écrire : les sécrétions tant ces choses semblent être une partie d’elle-même et témoignent des secrets qui concourent à leur fabrication ainsi que de l’usage qui peut en être fait) – poupées, dessins, tapisseries, broderies… et jusqu’au lieu où elle demeure, tout à la fois : cocon protecteur, antre chimérique, réceptacle des imaginaires en souffrance - – ont évidemment bien d’autres fins que d’aller, pour notre plaisir, entamer la taie de nos regards. Au-delà du qualificatif d’art dont prudemment on les recouvre (pour mieux en déminer l’inquiétante étrangeté ?), il s’agit bien en fait d’objets hautement investis de puissances complexes, objets de rites obscurs, d’exorcisme et de magies roses ; porteurs de sortilèges bénéfiques, diffuseurs de filtres d’amour. Objets de conjuration et de réparation des dysfonctionnements de la quotidienneté rêvée : le sort qui nous est contraire, la santé qui défaille, l’amour qui s’effrite, le chagrin qui nous chavire… Apotropaïques, disaient les Grecs : Qui détournent le danger, qui protègent…  Alain Bouillet



DECHORGNAT Ricard



Ricard Dechorgnat est né le 11 juin 1957 dans le quartier latin du 6e arrondissement de Paris, au sein d’une famille modeste dans laquelle il découvre l’art et surtout la peinture sous l’impulsion de sa mère institutrice. Il se définit comme un épicurien acceptant difficilement les contraintes de la vie, ce qui le conduit à plusieurs hospitalisations en milieu psychiatrique. C’est durant ces temps d’enfermement que la peinture devient pour lui un moyen de « libération ». « C’est pour moi une libération dans la tête, quand je peins la nature je ressens une libération de moi-même, une aération de mon cerveau, c’est un plaisir d’approcher les couleurs… » Artiste complet, il touche à la musique, au chant, à la poésie et à la peinture. C’est un nostalgique du temps passé, il voue une admiration sans borne à son modèle, Vincent van Gogh et regrette notre « société de construction ».  « Par le dessin je tente de m’évader, de retourner à un temps passé, je suis du courant de la rêverie… »




DEGEYTER Thierry
 
Naître à Beloeil (Belgique), nul artiste n’aurait pu rêver mieux. A l’ombre du Château princier, le 4 janvier 1970, Thierry vit le jour. Le regard acéré, la réalité lui parut sans doute bien trop fade. Il décida alors de transformer celle-ci. Certes cela lui occasionna quelques déboires dans la vie de tous les jours, voire d’être mis à l’écart mais devenu adulte il trouva l’astuce, devenir peintre ! Depuis près de 20 ans, aux quatre coins de l’Europe, il s’expose. Artiste voyageur, comme il aime se nommer, Thierry continue de nous étonner.





DELAUNAY Serge


Derrière ses énormes lunettes qui lui donnent un air de savant astronome, son regard voyage d’un univers à l’autre, de galaxie en galaxie, pour se poser souvent sur Mars, sa planète fétiche. De ses imaginaires épopées intergalactiques, il nous ramène une multitude de souvenirs. Les images de bases spatiales et d’engins cosmiques émergent à foison de ses feutres noirs. Plongé dans ses revues scientifiques et la tête dans les étoiles, Serge décuple les travaux relatifs à la mécanique et à l’espace. Les feuilles de papier se remplissent comme par magie, de pièces de moteur de toutes tailles et de tous modèles. Qui n’ont plus de secrets pour lui. Cette magie, Serge la possède aussi dans les yeux. Doux rêveur, c’est d’un sourire malicieux et d’une poignée de main généreuse qu’il vous ouvre les portes de son monde imaginaire, devenu avec le temps un véritable musée des technologies modernes. Au fil du temps, Serge a acquis une renommée internationale; ses oeuvres s’exposent de New York à Zagreb et font désormais partie de la collection d’art brut de Lausanne. Un artiste hors pair !




DEMELIS Eric


« Eric est un artiste un peu par hasard. C’est suite à une liaison amoureuse et à une période de chômage  qu’il commence à montrer ses dessins au crayon en 2010. Ceux-ci ne sont guère aboutis et répondent au besoin de s’occuper les mains comme on peut remplir une grille de mots croisés. Au besoin de calmer ses angoisses aussi.
Il découvre vite l’encre de chine à la plume et visite maintes expos d’art singulier avec son amie. Belle auberge espagnole que l’art singulier, peuplée d’artistes autodidactes aux parcours accidentés et originaux. Eric se reconnaît bien dans cet art qui n’a pas beaucoup de contours ni d’identité propre.
A force de dessiner et d’exposer sans trop se poser de questions sur la cohérence et la pertinence de son oeuvre, Eric développe un univers protéiforme au fil de techniques diverses, encre, acrylique, fusain , modelages.
Il dessine comme on passe ses nerfs sur quelque chose ou quelqu’un. C’est aussi une manière d’exister et de fuir le temps et les contraintes du présent.
Trop longtemps happé et dévoré par une vie normale dans laquelle il n’a jamais trouvé sa place, il fait partie des artistes malgré eux, sans autre solution que celle de créer et de transformer ses angoisses en objets d’art  »
Revue Cohues, septembre 2013









ELSO Béatrice


Cette artiste développe de façon soutenue un univers onirique de haute densité poétique et de facture expressionniste bien crue. Provocation à la jouissance d'une pensée dessaisie de tout repère rationnel, jouissance succulente dans la présentation d'un monde totalement incongru, goûteux, dans lequel les trous et les liquides du corps remplissent avec vigueur leurs troubles fonctions érotiques .
Le dessin est d'évidence son langage corporel. Elle tire à main levée un trait monolithe jusqu'à son aboutissement fantastique.
Étrangeté, luxuriance, légèreté, fantaisie, renouvellement perpétuel du jeu imaginaire...
On retrouve dans le langage résolument contemporain de Béatrice Elso les consonances ludiques d'une enfance à ciel ouvert dans un climat de cruauté féroce et tendre.
Guy Lafargue



FARAVEL Marie-Jeanne
 
Artiste étonnante et particulièrement féconde, Marie-Jeanne FARAVEL nous entraine dans un mode onirique, un monde qui fait la part belle à l’imaginaire certes, mais aussi aux émotions, et finalement à l’humain. Ses dessins suscitent élans et attraits, dialogues et interrogations, au coeur d’un univers de dédales et d’arrondis. Nous trouvons son fil d’Ariane dans l’arrondi de ses traits, arrondi chargé d’humanité, mais aussi de mystères. Cette touche permanente et mystérieuse nous renvoie à une interrogation : que cherche-t-elle derrière ces visages, seraient-ce nos fragilités, nos doutes ou encore les parcelles invisibles de nos identités ? Car, à mi-chemin entre le support et le miroir, son univers semble être un reflet : celui d’une énigme à résoudre, une énigme présente entre les surfaces lisses et les parties souterraines qui habitent ses personnages. Son oeuvre est une fenêtre ouverte sur un « autre part », une invitation à la suivre dans les dédales de cet « ailleurs » empli de couleurs et d’expressions. Présente dans la Collection du Musée de la Création Franche à Bègles .
Carole LEVEQUE.



FENEYROU Vincent
 
Est un homme grand, élancé, toujours en mouvement. Il ne peut rester concentré devant sa toile très longtemps. Il doit bouger, traverser à grandes enjambées l’atelier pour nettoyer son pinceau,  changer de brosse ou prendre de la peinture acrylique. Ses yeux sont partout, il est à l’affût de la moindre conversation à laquelle il pourrait participer. Avant de peindre il réalise toujours une série de croquis qu’il reporte sur la toile mais quand il commence à peindre, il est emporté, le pinceau courre sur la toile semblerait-il de manière anarchique. Généralement le dessin préparatoire disparaît et d’autres formes apparaissent. Les couleurs foisonnent, se superposent, redéfinissent une forme qu’il changera quelques instants plus tard. Vincent est né le 16 mars 1974 à Croix sur le côté de Lille.




GARRIGUE Catherine


Je dessine avec des stylos-billes, feutres, crayons et papier.
A mi-chemin de l’Art Singulier, chaque image est un tout fusionnel. Les dessins ont leur esthétique propre.  Ils sont rythmés par des lignes, des traits, des points. Ils se répètent, se déploient, s’enchevêtrent et tissent des mondes qui souvent se referment sur eux-mêmes comme pour se protéger. Il y a du ressassé dans ces visions dévoilées. Ces mondes imaginaires procèdent d’obsessions, éléments botaniques, racines, griffes, visages aux yeux baissés.  Les formes sont sensuelles et arrondies. Pas de certitudes dans cette fantasmagorie mais bien plutôt des inquiétudes visionnaires, l’envie d’une plénitude.  Je cherche par mon travail à atteindre une écriture méditative, comme celle du marcheur, « nez au vent ». Une douce errance, un automatisme ouvrant sur l’inconscient. L’enfance en quelque sorte retrouvée.



GAUTHIER Christian



Il adore dessiner, passion qu’il partage avec sa collection de voitures miniatures et d’avions de la première et seconde guerre mondiale. Il chine tout le temps et essaye de découvrir les maquettes qu’il n’a pas encore. Tout naturellement c’est dans ces sujets qu’il puise son inspiration artistique. Travail foisonnant ou les bateaux vont côtoyer les avions, les sous-marins, les hommes-grenouilles ou plus étonnant les dinosaures ou les voitures de collection suivant son intérêt du moment… Le tout sans respect pour les proportions, l’animal ou l’objet a de l’importance au moment où il le dessine et il ne tient pas compte de ce qu’il a déjà fait. Sa mise-en-page semble chaotique, la diversité des sujets, les ruptures de proportions et le fait qu’il tourne sa feuille au gré de son envie ne facilite pas la lecture de l’ensemble mais c’est ce qui en fait son intérêt. Pour comprendre, pénétrer un dessin de Christian il faut prendre son temps et se laisser happer  dans l’âme de son travail. Christian est né le 21 octobre 1955 à Speer en Allemagne.









GOBERT François


Né le 12 décembre 1948 à Anderlues (B), François représente le créateur boulimique par excellence, il possède un univers fantasmagorique propre qu’il n’emprunte à nul autre. Sûr, sous et à travers sa feuille, François transcrit avec force ses humeurs revendicatrices. Du lever au coucher François cherche à exprimer sur papier son agacement et son anxiété, protestant bien souvent sur les personnes qui partagent son quotidien. Ses portraits noirs, sombres et triturés révèlent une ambiance glaçante, un sentiment de malaise qui atteint inexorablement le spectateur. La communication lui est primordiale, raconteur éternel, il glisse du verbal à l’écrit en passant par une création graphique essentielle à son équilibre. François affectionne tout particulièrement la rencontre du public, l’échange se produisant avec celui-ci et les avis reçus sur son travail.



GODFROID Bernard


Un caractère un peu bougon et un physique imposant confèrent à Bernard  une image impressionnante mais cachent un coeur tendre et son sourire efface vite les préjugés. Il travaille isolé dans ‘son’ atelier à Campagn’art, où il s’entoure de tout son matériel. Une gargantuesque quantité de dessins s’y entasse autour de lui…mais aussi partout ailleurs où il s’amuse à stocker et disséminer par dizaines, les oeuvres qu’il exécute avec une boulimie de travail obsessionnelle. Bernard travaille par séquences, entre deux balades qu’il s’octroie sur le site de Campagn’art et lorsqu’il s’y met, c’est de manière presque automatique qu’il place, sur le support, les traits larges et décidés. La peinture colorée dessine toutes sortes de formes géométriques que l’on reconnaît aisément. Les triangles, les carrés, les ronds, reviennent systématiquement dans sa tête. Les nuances se mélangent de manière tantôt hasardeuse tantôt contrôlée et créent de surprenantes harmonies. Bernard est né le 7 octobre 1946.



GUIGNARD Daniel


Je suis né à Lausanne le 24 septembre 1948. Je commence à dessiner vers l’âge de 4 ans. A cette époque je dessinais des petits bonhommes. J’ai continué à dessiner à l’école enfantine. A l’école primaire le dessin passait avant mes devoirs. L’école terminée je n’ai pas eu l’occasion d’avoir une formation dans le domaine artistique. J’ai eu divers emplois tout en continuant à dessiner. J’aime dessiner des clowns et des cirques, ainsi que des villages imaginaires. Ma deuxième passion est la musique, j’aime jouer de la batterie, cela me défoule. Je participe à l’atelier musique du foyer. Depuis 2001, je vis dans un foyer. J’ai eu l’opportunité d’être exposé avec plusieurs artistes à Ergasia.



HECK Alexandre


Au commencement étaient des engins motorisés, le plus souvent à quatre roues, venus des autoroutes virtuelles sillonnant les paysages de la communication, puis imprimés dans la tangible réalité d’un atelier de peinture. Profitant de la capacité, primordiale, de reproduction d’une imprimante, Alexandre Heck multiplie à l’envi ses machines sur roues puis les colle côte à côte. Vient ensuite le travail des couleurs aux pastels, travail qui fait entrer ces impressions dans le monde de l’expression. Des voitures, des fourgonnettes, des vans, des coupés, des cabriolets, des breaks, des trucks, des buggies qui passent dans un sens puis dans l’autre, par séries de deux, trois ou quatre et se démultiplient ainsi – le plus souvent dans le sens de la longueur – sur les bristols. S’ensuivent des carambolages, toujours en série, dans les couleurs et les matières, des séries limitées qui se percutent et se répercutent sur les surfaces. Alexandre Heck fait aussi apparaître des visages qui se cachent derrière les dessins, des grimaces camouflées derrière les taillis touffus des pastels. Alexandre Heck est le concessionnaire d’images, le pop artiste de la bagnole, la machine à colorier, celui qui masque pour mieux montrer.
(François Liénard, novembre 2011)



HUMBERT Jean-Christophe


À défaut de pouvoir comprendre ce qu'il se passe dans la tête de mes personnages, je cherche à regarder ce qu›ils ont dans le ventre. Nous sommes scannés, radiographiés, décortiqués au microscope, tranchés en imagerie par résonance magnétique pour tenter de mieux nous connaître. Mon univers s’est peuplé de personnages hybrides, mi-hommes mi-mantes,  certains  bicéphales  le  ventre  ouvert,  nu,  marqué  d’une  griffure,  d’une signature… ma signature ? Le corps devient un paysage intérieur avec ses artères, ses chemins  de  traverses,  ses  chemins  buissonniers.  Une  cartographie  fantaisiste  où  se croisent stomac, épithélium, rachis, en képhalos, médusa spinalis, capillaries.




                                                                                   

Photo de artpartage-oeilart saint-trojan-2015-6




JABER


En 1958, il travaille comme boulanger à  Marseille, dès qu’il avait une pause il dessinait par terre au charbon de bois et faisait cuire la pâte à pain en forme d’oiseaux de poissons ou de fleurs. Deux ans plus tard, il partit à Paris et quelques années plus tard séjourna en Amérique ou il obtenait en 1971 le 1er prix de peinture parmi 800 candidats au Plaintfield Art festival et revint à Paris. Avec une peinture fraîche et colorée Jaber était reconnu comme l’un des derniers artistes de l’art brut par  Dubuffet. Jaber est l’exemple frappant de l’intégration. Immigré Tunisien, sans savoir lire et écrire, sans avoir jamais touché aucune aide sociale ni chômage, ni RSA, il s’en sort plus qu’honnêtement. Il souhaite cependant vivre très modestement, dans l’anonymat et la quiétude.


JEAN Pol


Pol Jean est né à Comines (FR), le 2 juillet 1952. Muet et mal entendant, c’est entre autres par son art qu’il s’exprime. Pol est un artiste solitaire mais toujours souriant et de bonne humeur. Il a longtemps travaillé le dessin et la peinture pour lui-même, hors Campagn’art, et possédait déjà une superproduction de travaux. Plus qu’un travail, la création est pour lui une passion, un besoin. C’est avec cet état d’esprit dévorant que malgré ses activités au jardin, Il fréquente assidûment l’atelier. Avec une nette préférence pour le portrait, il campe des visages torturés à la géométrie très marquée, Pol décompose les différentes images qu’il choisit comme modèles avant de les transposer sur papier. Il recrée chaque zone colorée qu’il s’attache à sertir d’un trait insistant et vif à la manière d’un vitrail. Villages moyenâgeux, chevaliers, dragons, personnages imaginaires, animaux bizarres… Une ‘danse’ s’opère sur le support ! Depuis ses 60 ans, Pol a réduit son temps à l’atelier mais ne laisse pas son oeuvre de côté. Il continue à nous impressionner avec son style bien particulier, et ses interminables explications gestuelles lorsqu’un dessin est terminé.




JULES Yves


Yves Fleuri est né à Lille. Son nom d’artiste est Yves Jules. Il travaille à l’atelier Campagn’art cinq jours semaine et y développe de manière  autodidacte un style graphique qui lui confère une renommée artistique internationale. Boulimique de travail, il réalise son oeuvre intuitivement ou sur commande.  Cet univers cartomancien donne vie à une série de peintures figuratives inspirées du jeu de Tarot dont il n’est pas peu fier. De couches d’acrylique sur  supports variés tels que le papier, le bois, le plastique ou la toile, il déploie sa vision d’un monde du prestige et la rend accessible aux yeux de chacun. Consciencieux, Yves décortique et interprète, à la loupe, chaque détail des photos qui lui servent de modèles et les agrandit sur la toile. Le langage des couleurs fait le reste. Une minutieuse et vive mise en lumière de chaque élément, au préalable dessiné d’un serti noir épais, qui rend si personnel et reconnaissable le style de l’artiste. Très soucieux de son apparence, Yves confectionne, en récupérant toute sorte de choses, des « vêtements » de travail toujours très originaux ! Un artiste…sans conteste !!!




KA Ti


«Ka Ti» s’attache avec tendresse et curiosité aux tout premiers moments de la vie des choses et des corps. Bien sûr c’est légitime, les amateurs de mythologie pourront décrypter partout dans son travail, des prémisses de mythes, des embryons de légende. Chez elle, l’image précède la parole. Ka Ti ne met pas de l’ordre dans le chaos, au contraire elle réanime le chaos et rebat les cartes du monde pour lui laisser une chance de partir dans une autre direction. Le sentiment que j’ai, est que son art est un art de la nécessité. Tant mieux si on le trouve beau, délirant ou agréable. Tant mieux si on peut le partager et qu’il trouve écho chez les autres mais c’est avant tout un art impulsif, un art dont on sent qu’il est indispensable à la survie du dessinateur lui-même. Les amateurs de psychanalyse s’efforceront sans doute de traquer les discours subliminaux et tisseront une toile indiscutable dans laquelle le sens de l’oeuvre sera capturé et dévoilé. Pour eux, l’oeuvre  fera miroir. » Frédéric Magnin



KIEFFER Alain


Lors de ma courte formation en art plastique, j’ai appris l’essentiel de la terre et de la peinture : une liste scrupuleusement griffonnée et précise des choses à ne pas faire et que je me plais à  approfondir. Voilà toute la base de mes travaux mais aussi ma philosophie de vie. Depuis 2012, mon travail consiste à croiser des critères de beauté appartenant à différentes cultures (tatouages, scarifications, vêtements et signes religieux distinctifs). Ces codes culturels une fois mixés donnent des allures étranges et intemporelles à mes sculptures. En art et dans la vie, je ne me prends pas au sérieux, je m’amuse des codes !










LADHARI Abdelaziz


Né le 8 septembre 1956 à M’Saken (Tunisie), comme Jaber, auquel il achetait des oeuvres et qui l’a initié à la peinture, Abdellaziz Ladhari et un peintre autodidacte vivant actuellement en Espagne. Arrivé en France, il a d’abord exercé tous les métiers  apprenti cuisinier, agent commercial ou commerçant ambulant, peintre en bâtiment, ferrailleur et même en Belgique projectionniste avant de se consacrer définitivement à la création en 1998. Travaillant au feeling, suivant l’inspiration spontanée tirée de son expérience de la vie. Il est réfractaire aux académies des beaux-arts, auxquelles il a tenté en vain de s’intégrer. Il peint le plus souvent à l’acrylique sur toile et il fabrique lui-même ses châssis, mais il est ouvert à toutes les expériences (il a fait un jour, avec des olives écrasées, un tableau qui a gardé des couleurs magnifiques).



LAGNIEU Hélène

 

Mes recherches se concentrent sur les processus d’ hybridation, la mise à nu et la décortication de l’anatomie humaine et animale.
Les chimères sont récurrentes, mais aussi la figure féminine dont le corps  devient terrain d’expérimentations  anatomiques.
Partant d’une mythologie personnelle, j’essaie, par ces personnages déstructurés ou réagencés, de retracer ces impressions qui sont à l’origine de la nécessité de mon travail.



LAMBERT Thierry


Un shaman des aurores d’éden Atlantis
S’est retrouvé au pays des rêves
Au pays des songes
Temps premier de la création
Thierry Lambert vous entraîne
En ses contes et légendes
De ces temps reculés
Pour le plaisir du regard
Ayez l’âme d’un archéologue
Des temps modernes
Ou le fabuleux l’incroyable
Peut être vrai
Thierry Lambert



Marjo van der LEE

 

Née le 25 septembre 1961 à Berghem au Pays-Bas, de nationalité néerlandaise, je vis depuis 1981 en France. 
L’objet de mon travail de création est la figuration humaine. Les corps m’inspirent, corps muets mais criants et empreints de vie, d’effroyables beautés ou de belles disgrâces. C’est la singularité et l’équilibre fragile qui m’émeut et qui m’entraine à représenter des personnages, des histoires de vie, donnant forme aux émotions bruts comme on gratte l’écorce du visible.
Je travaille dans mon atelier en Chartreuse et adhère à la maison des artistes depuis 2010 (n° ordre : V365465). Pour mes sculptures j’utilise du grès chamotte noir de préférence en modelage et en technique de plaque ou de colombin.
Ce travail autodidacte est l’expression de mon histoire, de mes émotions et des rencontres de chaque jour, de l’imaginaire et des peurs, comme une trace d’aventure et l’empreinte des passages.



LOUIS Léon


Léon LOUIS est né dans un petit village de l’’Ardenne Belge où il réside toujours avec son frère et sa belle-s½ur,  surnommée « Kikiss  ».Il  participe aux ateliers de peinture de La « S »,  depuis son arrivée  un  beau  jour  du  printemps  de  l’année  2002  .  Depuis  son  entrée  remarquée,  Léon  a développé une boulimie créative, allant jusqu’à refuser toute autre activité et à tenter de forcer la porte le jour où par malheur l’atelier est fermé… Sa corpulence et son caractère en acier trempé lui ont rapidement conféré une place de leader au sein du groupe. Léon apparaît comme un élément central de La « S » puisqu’il y travaille à plein temps et qu’il s’investit beaucoup dans l’équipe des animateurs  en  s’invitant  aux  réunions  et  en  participant  à  l’accueil  des  visiteurs.  Son  travail artistique est aussi imposant que sa stature et ses coups de gueule.  A.F. Rouche





Photo de artpartage-oeilart saint-trojan-2015-8




LORIMIER Véronique 


Véronique Lorimier est née en 1959. Les dessins au crayon de couleur sur papier qu’elle réalise, témoignent de son vécu onirique de certaines réalités de la vie intérieure et en particulier des hallucinations, images hallucinatoires, visions, phantasmes, rêves lucides. Longtemps ces représentations psychiques l’ont envahie et mise en échec. Elle a cependant toujours souhaité s’approprier leurs effets en elle, et construire son identité avec elles. Désormais, grâce au dessin, cette vie onirique particulière lui est bonne à quelque chose, elle devient la base et la richesse de son travail, elle nourrit son expression et ses projets. Sous les teintes pastel, volontiers harmonieuses de ses dessins, c’est une bataille qui se livre sur le papier.




MANERO Gilles


"Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants."



MASSON Valérie


Naissance en 1977 à Lausanne (Suisse). En 1997, Valérie Masson rentre à l’Ecole préparatoire des Beaux-Arts puis étudie en autodidacte au Canada, en Italie, en Grande-Bretagne, en Espagne et en Suisse avec différents artistes. Installée dans son atelier à Chailly depuis 2000, Valérie Masson cherche à donner la parole à la magie cachée du monde et à rendre l’invisible perceptible. Ses oeuvres sont réalisées en dessins techniques mixtes, peintures acryliques, craies grasses et collages.




MAURICE Côm



Personne extrêmement polie, lisse, au langage raffiné, il est tout à fait le contraire dans son travail plastique. Ses personnages, souvent centraux sur la feuille, sont tracés avec forces, sans hésitation, prenant la majeure partie de l’espace. Les arbres ou maisons paraissent petits à côté de cet être qui en impose. Ayant un problème de vue, cela l’oblige à revenir sur son dessin constamment car il ne veut rien oublier de ce qu’il considère comme important, cela donne une superposition des couleurs et des matériaux qui se mélangent ou se repoussent. Ce fait donne à son dessin beaucoup d’intensité et parfois certaines imprécisions. Côm est né le 29 mai 1982 à Bezons.




Diego de MAURY



Un travail de « bénédictin » fait de patience et de rigueur, juxtaposition de figures géométriques qui s’assemblent et se « parlent » par le jeu des couleurs pour former une oeuvre unique et paradoxalement poétique, au vu de ses sources d’inspiration que sont les immeubles parfois enchevêtrés et compacts, les machines de chantier plus rigides et aérées à la fois, les « crotales des bois » où l’arrondi apparaît et donne une oeuvre qui laisse plus de place à l’imagination avec une occupation de l’espace différente. Trois sources d’inspiration qui nous font voyager dans trois mondes différents mais que la vision de l’artiste relie entre eux par la sensibilité exprimée.











MILET Stéphane



Stéphane MILET est né à Boussu, en Belgique, le 21 octobre 1986. Son travail se partage entre la terre et le dessin. Sur papier ou sur plaques en céramique, il se traduit par une répétition obsessionnelle  de motifs tous semblables. Une construction de l’espace qui le rassure ! Stéphane assouvit ainsi son besoin d’entomologiste, en recopiant consciencieusement  la nature et les sujets qui l’intéressent. Il attache beaucoup d’importance à l’exactitude de son dessin par souci d’être le plus fidèle possible à la réalité, « sa réalité » ! Une série d’oeuvres d’une qualité unique commence à en découler…



NICOLLET Gérard


Après une enfance passée en Bretagne où il effectue sa scolarité, il passe une dizaine d'années aventureuses pendant lesquelles il est tour à tour comédien, homme de ménage, enquêteur-codificateur, cuisinier végétarien, chômeur... avant de devenir bibliothécaire musical, puis plus récemment documentaliste au Musée Réattu en Arles.
Parallèlement, il publie en 2004 aux Editions Alternatives, "Chercheurs de sons", livre consacré aux inventeurs d'instruments de musique et de machines musicales. Il anime également un blog dédié à la même thématique et a écrit plusieurs récits inspirés par le monde sonore.
Très jeune, il s'est intéressé à l'art brut et à ses alentours, intérêt qui s'est transformé en passion après une visite au musée de l'Art Brut de Lausanne, puis par son amitié avec Raymond Reynaud, figure emblématique de l'art singulier en France.
Il a toujours écrit et dessiné.



ORLICKI Sophie


Les têtes de Sophie, la sienne même et celles des êtres qu’elle ne cesse d’engendrer (...) jouent le rôle d’outils pour la révélation d’une vérité essentielle échappant à toute forme de raisonnement. L’artiste y consacre une énergie dont les dépenses de vaste amplitude bénéficient du soutien intensif de la force vitale toujours inscrite en elle et énergiquement déployée.  Ses «têtes» nous donnent à ressentir qu’il existe une tout autre dimension dont elle nous apporte la certitude parce que tous les traits de leurs visages s’unissent pour exprimer la présence universelle du mystère, là, devant nous, offert à notre regard comme l’assurance d’un accord profond entre l’oeuvre et la vie se donnant à voir dans son immensité spirituelle. Gérard Sendrey




ORTIZ Izabella


Ma peinture est une peinture métissée : franco-colombienne par mon père, australienne par ma mère ; ma triple culture imprègne ma peinture.
Ayant vécu, enfant, en Australie (2 ans) puis en Alaska (2 ans) – j'ai été traversée par les mythes, contes et légendes inuits, aborigènes, amérindiens : j'en ai fait une sorte de melting pot pour créer ma propre mythologie qui apparaît dans les figures de mes peintures et dessins. Les multitudes de points, de traits fins qui se superposent, s'enchevêtrent, s'entremêlent comme autant de radicelles, rhizomes, racines transposent de façon symbolique, mon désir de racines, mon métissage...en des tissages.



OSTER Marion


Marion Oster forge en elle, au gré du temps et de toutes ses rencontres d’horizons dont elle intègre l’originalité, un réceptacle émotionnel empli de maintes approches, dont elle ne cesse de témoigner dans toutes ses manifestations spontanées, acceptant de se consacrer à ce qui fait son intériorité. Elle ne cherche pas à imposer un style à travers tous ces changements d’apparence mais elle répond au besoin en elle d’exprimer telle ou telle pression se manifestant sur le champ, sans réflexion préalable. Ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de faire en même temps progresser jour après jour, pendant plusieurs mois, une oeuvre de longue haleine méticuleusement réalisée avec des matières imperceptibles composant un tout donnant un impressionnant semblant de spontanéité. Au total, et tout confondu, un apparent désordre à première vue qui impose en fait une richesse spirituelle d’une intense cohérence. (Extrait : Gérard Sendrey n° 39 nov. 2013 Création Franche)









PESSIN Nicole



Peindre pour transcrire la parole et le silence, créer une symphonie de vent, de clarté, de couleurs de danse et de vie, toute l’oeuvre de Nicole Pessin nous incite à retrouver notre part de rêve perdu. Décelons dans l’évasion onirique de ses tableaux, l’alliance de la joie, du désir, du chant de la source, de la sève substantielle et quittons, un instant, l’amertume du coeur pour la mélodie du corps. Dans une exécution parfaite, le pinceau et la plume de cette Princesse réalisée, nous donnent tout simplement la liberté d’être. Osons être funambule, elfe, Prince charmant, petite fille oubliée car c’est maintenant et c’est le bon endroit. Dominique Barbier



PIETQUIN Dimitri 


Né le 1er octobre 1978 à Sambreville, aucune bonne fée ne se pencha sur son berceau. Comme souvent dans la région de Charleroi, les transports en commun étaient en grève et aucune fée ne put se déplacer. Perdu dans la jungle de la pauvreté ce brave garçon, affectueux à souhait,  cumula les malchances. Bien plus tard, il avait alors 21 ans, on s’aperçut par pur hasard, qu’il entretenait une correspondance fantôme. Il emplissait avec frénésie de petits carnets secrets d’une écriture par lui seulement compréhensible. Aujourd’hui en de grandes fresques s’entremêlent écriture et dessin mais un seul mot nous est compréhensible, Dimitri. Le voici enfin reconnu, ses oeuvres voyagent de par le monde, en douce manifestement, les fées se sont rattrapée



RAÂK


Chemins de terre, de pierres, d’arbres joyeux, chemins initiatiques sillonnés de longues files d’êtres à la recherche d’eux-mêmes et assoiffés d’amour, de connaissance… chemins de rencontres, certaines éblouissantes, certaines autres pleines de douleur, mais toutes précieuses pour le pèlerin que je suis qui s’acharne à s’extirper de la fascination et de la souffrance de l’incarnation par le truchement de la création. Voilà où me pousse le Grand Mystère. Comme ce dernier aime les paradoxes, plus mes mains fouissent l’argile, plus elles enlacent et consultent les pierres voyantes, plus le bois de l’arbre s’offre à leur écriture et le papier obscur au jaillissement des peuples minuscules des prairies, plus le mystère semble m’accepter en entrouvrant sa Porte redoutable. Déjà des îlots d’éternité se laissent percevoir lorsque je pérégrine au-delà du Temps. Indicible présent… Raâk/juin 2014



REMACLE Christine


Christine est née le 20 août 1967 à Vielsalm « Les visages de Christine Remacle viennent s’écraser sur le pare-brise de notre champ de vision. L’un après l’autre, de façon systématique, comme un inévitable accident qui se répéterait inlassablement. Inlassablement, c’est-à-dire sans que l’on imagine un seul instant s’en lasser. Car les variations dans les gammes de couleurs sont inépuisables et les façons de percuter diverses et variées. Ces visages viennent s’encastrer bien largement dans notre champ, le plus souvent du front à la lèvre inférieure, le menton est le plus souvent oublié, la bouche bée, une bouche édentée mais aux quelques canines – suffisantes pour mordre – dangereusement acérées. Les peintures de Christine Remacle ne vont pas vous sauter au visage – la peinture est une fiction en deux dimensions, rappelez-vous – mais l’on ne peut se préserver d’une impression de péril. Un péril qui viendrait frapper au carreau comme le ferait un vagabond après avoir franchi une clôture pour vous sortir de votre torpeur. » (François Liénard, novembre 2011).



RIETHAUSER Grégoire


Artiste autodidacte, il pratique plusieurs techniques et joue à les mélanger entre elles. Son oeuvre hétéroclite nous amène à prendre conscience de la difficulté à définir l’acte artistique. Tout empreint de poésie, de singularité et de questionnement, son travail de dessin, de peinture, collage ou sculpture nous emmène dans son monde et ne nous lâche plus suscitant de fortes émotions allant de la tendresse à une puissance parfois surprenante mais qui ne demande qu’à être comprise. Une oeuvre originale à découvrir et à interpréter.
 




ROSANI

Remigio

ROSANI Remigio


Rémigio, artiste calme et posé, impose sa force douce par un trait et une vision qui lui sont propres. Adepte de voyages et de rencontres, cet homme d’origine italienne né à Boussu (B) en 1957 axe essentiellement son travail autour de ses thèmes de prédilections que sont l’amour, l’amitié et l’affection. D’une grande discrétion, cet homme ayant un profond respect pour son prochain nous gratifie d’un travail





 


1345916762 nous contacter.jpg gifs animes email 63 .gif 2 eme page rives 5eme biennale 2014.jpg banniere rives 5eme biennale artistes 2014.jpg libellule 2014.jpg combe charlotte 2014.jpg boucher anne 2014.jpg avril 2014.jpg boone arvey 1.jpg a kieffer site photo de famille 90 65 cm.jpg david huis 1site.jpg delannoy michel site 2.jpg dimitri 2 .jpg godfroid bernard site.jpg lippstreu site.jpg feneyron site.jpg gauthier site.jpg gobert site.jpg maurice site.jpg whege jonathan site.jpg fellah site 52x38 c.jpg hakmoun site 18x22 1.jpg humbert site.jpg manero site imgp2100.jpg molotov site devotion 4497.jpg orlicki site decembre 2013 054.jpg rueff site prendre son temps h 41x l 26x l 10,5.jpg saidi site zohra 120x80.jpg guarrigue catherine.jpg nuvish plastiko4 site.jpg cicolani site 2.jpg gerard site.jpg goost stephen site 2.jpg leon site.jpg masson valerie site 6.jpg mauri diego de site 4.jpg riethauser gregoire site 11.jpg vizcaino site1.jpg rosani remigio site la mariee.jpg valois site.jpg ka ti la contemplatation site.jpg degeyter.jpg cuxac.jpg serge delaunay.jpg chomette virginie.jpg jules.jpg petra.jpg dahyot.jpg remacle.jpg demelis.jpg fatimazara.jpg jean pol.jpg guignard.jpg faravel mj.jpg milet stephane.jpg aihade jean.jpg dechorgnat ricard.jpg raak.jpg oster.jpg lorimier veronique.jpg ladhari.jpg campeau.jpg buzzolini a.jpg bertucelli marco.jpg anacleto frederic.jpg heck.jpg couverture batb.jpg couverture 2 et 3bat.jpg gifs animes fleches 152 .gif 2013 n01.jpg 2013 no2.jpg 2013 n03.jpg 2013 n04.jpg 2013 n05.jpg 2013 n06.jpg 2013 n07.jpg 2013 n08.jpg 2013 n010.jpg sans titre 2013 n011.jpg 2013 n009.jpg anacleto 2015.jpg charlotte combe 300dpi.jpg chomette virgine lestrois.jpg cuxac la bouche d ombre.jpg dechorgnat ricard le pont 32x36cm.jpg degeyter thierry 70x51 cm 04.jpg delaunay serge 13cm.jpg demelis eric .jpg elso beatrice.jpg faravel marie jeanne.jpg feneyrou 21 cm 300dpi.jpg gauthier christian.jpg guignard daniel 19.jpg jean pol .jpg kieffer alain.jpg lagnieu .jpg lorimier.jpg louis.jpg marjo van der lee.jpg ortiz izabella.jpg oster marion .jpg pessin nicole.jpg pierre albasser 300 dpi.jpg pietquin dimitri .jpg raak.jpg rebecca campeau 8.jpg remacle christine.jpg thierry lambert .jpg bottollier.jpg bertucelli marco 8.jpg boone arvey .jpg boucher anne 13 cm.jpg garrigue catherinejpg.jpg gobert.jpg godfroid.jpg heck alexandre.jpg kati .jpg humbert jean christophe.jpg masson .jpg maurice .jpg ladhari abdelaziz.jpg diego de maury .jpg nicollet 2015.jpg orlicki sophie jpg.jpg rosani remigio.jpg reithauser .jpg milet.jpg nocturne.jpg jaber.jpg dayot.jpg manero.jpg haut.png yves jules.jpg art partage saint trojan les bains.jpg 1.art partage 2012.jpg 2.art partage 2012.jpg 3.art partage 2012.jpg 4.art partage 2012.jpg 5.art partage 2012.jpg 6.art partage 2012.jpg 7.art partage 2012.jpg 8.art partage 2012.jpg 9.art partage 2012.jpg 10.art partage 2012.jpg carton art partage ro.jpg carton art partage vo.jpg 500.jpg frederic anacleto viroflay.jpg marco bertucelli viroflay.jpg adolpho avril viroflay.jpg bottoliier jean francois viroflay.jpg rebecca campeau viroflay.jpg virginie chomette viroflay.jpg davide cicolani viroflay.jpg eric demelis viroflay.jpg beatrice elso viroflay.jpg marie jeanne faravel viroflay.jpg vincent feneyrou viroflay.jpg catherine guarrigue viroflay.jpg irene gerard viroflay.jpg francois gobert viroflay.jpg martha grunenwald viroflay.jpg pol jean viroflay.jpg ka ti viroflay.jpg alain kieffer viroflay.jpg leon louis viroflay.jpg sans titre 20.jpgstephane milet viroflay.jpg isabella ortiz viroflay.jpg marion oster viroflay.jpg nicole pessin viroflay.jpg dimitri pietquin viroflay.jpg raak viroflay.jpg christine remacle viroflay.jpg remigio rosani viroflay.jpg myriam rueff viroflay.jpg marie francoise valois viroflay.jpg flyer en noir et blanc 1.jpg flyer en noir et blanc 2.jpg espace oeil art 1 .jpg espace oeil art 2 .jpg espace oeil art 3 .jpg espace oeil art 4 .jpg espace oeil art 5 .jpg espace oeil art 6 .jpg espace oeil art 7 .jpg espace oeil art 8 .jpg espace oeil art 9 .jpg espace oeil art 10 .jpg espace oeil art 11 .jpg espace oeil art 12 .jpg espace oeil art dauphine libere 1 .jpg espace oeil art dauphine libere 2 .jpg espace oeil art dauphine libere 3 .jpg !cid 38fe3ea6 9dcd 4d78 aebc 42f2ccbd3fda lan.jpg !cid 3aad331f a5f7 42ef 883b 1dffb638a493 lan.jpg ap6 flyer art partage 2016 .jpg ap6 flyer art partage 2016 1.jpg anacleto 2016.jpg adolpho avril 2016.jpg helene blondin 2016.jpg jean francois bottollier 2016.jpg le livre de la 6eme biennale de l art partage.jpg ap6 flyer art partage 2016 1.jpg ap6 flyer art partage 2016 .jpg anne boucher 2016.jpg rebecca campeau 2016.jpg patrick chapeliere 2016.jpg virginie chomette 2016.jpg emilie collet 2016.jpg sylvain corentin 2016.jpg yves d anglefort 2016.jpg contesse ka 2016.jpg caroline dahyot 2016.jpg catherine garrigue 2016.jpg gabriel evrard 2016.jpg anacleto 2015.jpg charlotte combe 300dpi.jpg chomette virgine lestrois.jpg cuxac la bouche d ombre.jpg dechorgnat ricard le pont 32x36cm.jpg degeyter thierry 70x51 cm 04.jpg delaunay serge 13cm.jpg demelis eric .jpg elso beatrice.jpg faravel marie jeanne.jpg feneyrou 21 cm 300dpi.jpg gauthier christian.jpg guignard daniel 19.jpg jean pol .jpg kieffer alain.jpg lagnieu .jpg lorimier.jpg louis.jpg marjo van der lee.jpg ortiz izabella.jpg oster marion .jpg pessin nicole.jpg pierre albasser 300 dpi.jpg pietquin dimitri .jpg raak.jpg rebecca campeau 8.jpg remacle christine.jpg thierry lambert .jpg bottollier.jpg bertucelli marco 8.jpg boone arvey .jpg boucher anne 13 cm.jpg garrigue catherinejpg.jpg gobert.jpg godfroid.jpg heck alexandre.jpg kati .jpg humbert jean christophe.jpg masson .jpg maurice .jpg ladhari abdelaziz.jpg diego de maury .jpg nicollet 2015.jpg orlicki sophie jpg.jpg rosani remigio.jpg reithauser .jpg milet.jpg jaber.jpg dayot.jpg manero.jpg yves jules.jpg art partage saint trojan les bains.jpg espace oeil art 1 .jpg espace oeil art 2 .jpg espace oeil art 3 .jpg espace oeil art 4 .jpg espace oeil art 5 .jpg espace oeil art 6 .jpg espace oeil art 7 .jpg espace oeil art 8 .jpg espace oeil art 9 .jpg espace oeil art 10 .jpg espace oeil art 11 .jpg espace oeil art 12 .jpg espace oeil art dauphine libere 1 .jpg espace oeil art dauphine libere 2 .jpg espace oeil art dauphine libere 3 .jpg !cid 38fe3ea6 9dcd 4d78 aebc 42f2ccbd3fda lan.jpg !cid 3aad331f a5f7 42ef 883b 1dffb638a493 lan.jpg ap6 flyer art partage 2016 .jpg ap6 flyer art partage 2016 1.jpg anacleto 2016.jpg adolpho avril 2016.jpg helene blondin 2016.jpg le livre de la 6eme biennale de l art partage.jpg ap6 flyer art partage 2016 1.jpg ap6 flyer art partage 2016 .jpg anne boucher 2016.jpg rebecca campeau 2016.jpg patrick chapeliere 2016.jpg virginie chomette 2016.jpg emilie collet 2016.jpg sylvain corentin 2016.jpg yves d anglefort 2016.jpg contesse ka 2016.jpg caroline dahyot 2016.jpg catherine garrigue 2016.jpg gabriel evrard 2016.jpg